Category Archives: Uncategorized

ALEXANDRE YOTOPOULOS DEFENDED HIS DOCTORAL THESIS IN PRISON

On Thursday July 8, 2021 at 10:00 am,  in a special room in Korydallos prison, Alexandre Yotopoulos defended his doctoral thesis “On the resolution of the Navier-Stokes equations without vertical viscosity” before a jury composed of Michel Broué, University of Paris, (President of the jury), Isabelle Gallagher University of Paris Diderot (its thesis director), the rapporteurs Pierre-Gilles Lemarié (University of Evry), and Annne-Laure Dalibard (Sorbonne University), Georges Skandalis (Paris Diderot) and Frédéric Charve University of Paris-Est Créteil, (Examiners).

At the end of the defense, the jury retired to deliberate. Then, the President proclaimed Alexandre Yotopoulos Doctor of Mathematics from the University of Paris.

This is the first time, both in Greece and in France, that a prisoner has managed to follow university studies from the first cycle to the defense of a doctoral thesis in prison and this under totally unacceptable conditions.

ALEXANDRE YOTOPOULOS A SOUTENU SA THESE DE DOCTORAT DANS LA PRISON

Le jeudi 8 juillet 2021 à 10h00, dans une salle aménagée de la prison de Korydallos, Alexandre Yotopoulos a soutenu sa thèse de doctorat “Sur là résolution des équations de Navier-Stokes sans viscosité verticale” devant  un jury composé de Michel Broué, Université de Paris, (Président du jury), Isabelle Gallagher Université de Paris Diderot (sa Directrice de thèse), les rapporteurs Pierre-Gilles Lemarié (Université d’Evry), et Annne-Laure Dalibard (Sorbonne Université), Georges Skandalis(Paris Diderot) et Frédéric Charve   Université de Paris-Est Créteil, (Examinateurs).                       

A la fin de la soutenance,le jury s’est retiré pour délibérer. Puis, le Président a proclamé Alexandre Yotopoulos Docteur en mathématiques de l’université de Paris.

C’est la première fois, aussi bien en Grèce qu’en France, qu’un détenu parvient à suivre des études universitaires depuis  le premier cycle jusqu’à la soutenance d’une thèse de doctorat en prison et ceci dans des conditions totalement inacceptables.

Ο ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΣ ΓΙΩΤΟΠΟΥΛΟΣ ΥΠΟΣΤΗΡΙΞΕ ΤΗΝ ΔΙΔΑΚΤΟΡΙΚΗ ΤΟΥ ΔΙΑΤΡΙΒΗ ΜΕΣΑ ΣΤΗΝ ΦΥΛΑΚΗ

Την Πεμπτη 8 Ιουλίου 2021 στις 10.00 π.μ, σε ειδικά διαμορφωμένη αίθουσα των φυλακών Κορυδαλλού ο Αλέξανδρος Γιωτόπουλος υποστήριξε ενώπιον επιτροπής αποτελούμενης από τους Καθηγητές και Καθηγήτριες   Michel Broué, Université de Paris, (Πρόεδρο τη Επιτροπής), Frédéric Charve, Université de Paris-Est Créteil, (Εξεταστή), Isabelle Gallagher, Université de Paris Diderot, (Διευθύντρια της Διατριβής),  Anne-Laure Dalibard, Sorbonne Université, (Εισηγήτρια),  Pierre-Gilles Lemarié,  Université d’Evry, (Εισηγητή), Georges Skandalis, Université de Paris, (Εξεταστή),  την Διδακτορική του Διατριβή  με θέμα, «Η  επίλυση των εξισώσεων των Navier-Stokes χωρίς κατακόρυφο ιξώδες». Μετά το πέρας της υποστήριξης, η Επιτροπή  συνεδρίασε και επέστρεψε με τον Πρόεδρο της να ανακοινώνει ότι ο Αλέξανδρος Γιωτόπουλος ομόφωνα ανακηρύσσεται Διδάκτορας της Επιστήμης των Μαθηματικών του Πανεπιστημίου του Παρισιού. Όλη η διαδικασία της υποστήριξης και της συνεδρίασης έγινε με την χρήση εφαρμογής τηλεκπαίδευσης. Είναι η πρώτη φορά στην ιστορία που ένας κρατούμενος καταφέρνει να ολοκληρώσει όλους τους κύκλους σπουδών μέσα στην φυλακή και είναι επίσης η πρώτη φορά, τόσο για την Ελλάδα όσο και για την Γαλλία, που μια διδακτορική διατριβή εκπονείται και υποστηρίζεται εξ ολοκλήρου στην φυλακή και μάλιστα υπό εντελώς απαράδεκτες συνθήκες. 

Cri de détresse des détenus de la prison de Chania(1)(La Canée)”Donnez-nous une chance de vivre,on va être faits comme des rats”.

(paru dans Documentonews, le 09/11/2020  https://www.documentonews.gr/article/kraygh-agwnias-apo-toys-kratoymenoys-twn-fylakwn-xaniwn-dwste-mas-mia-eykairia-sth-zwh-tha-pame-san-ta-pontikia)

C’est la totale indifférence du Ministère de la protection du Citoyen que dénoncent dans Documentonews.gr les prisonniers de  Chania. 

Leur angoisse s’est intensifiée à la suite du grand nombre de contaminations enregistré dans les prisons du pays.Ils voient la pandémie leur tomber dessus, sans aucune intention de la part de l’Etat de les protéger.Et comme ils le dénoncent,non seulement aucune mesure n’a été prise mais depuis 4 mois, ils n’ont même pas de produits d’entretien. 

Ils dénoncent aussi la surpopulation dans les prisons grecques,ce qui les transforment en bombes sanitaires et met en danger la totalité des prisonniers.Ils soutiennent qu’il existe des solutions pour les protéger de la pandémie alors que le Ministère et la Secrétaire Générale de la politique criminelle non seulement ne les matérialisent pas n’y pensent même pas, semble-t-il. 

D’abord, le désengorgement des prisons est essentiel et efficace.”Il y a 12.000 détenus pour une capacité de 7500.Vous comprenez ce qui se passe,4 à 6 personnes dans une cellule”.”Tous les pays ont procédé au désengorgement des établissements pénitentiaires.”

 Les prisonniers de Chania s’adressent à Sofia Nicolaou(2)”il faut s’en donner la peine,et conformément à la loi”. Madame Nicolaou, écoutez……Que les mesures ne soient pas seulement répressives.Donnez-nous une chance de vivre. Que !es prisons soient pourvues de produits d’entretien. Depuis 4  mois, c’est la pénurie”. Et ils ajoutent “A la suite des contaminations survenues dans les prisons, nous voudrions faire quelques propositions au Ministère de la protection du Citoyen, aux Ministères de la Santé et de l’Interieur,au Défenseur du Peuple et au Gouvernement: Désengorgement des établissements pénitentiaires ! Il y a des détenus qui ont purgé leur peine et qui sont encore détenus à cause d’un retard de la réunion du Conseil et d’une signature.Il y a des détenus condamnés à des peines de 8 ans et moins pour un léger et à qui il manque 12 mois, d’autres avec de graves problèmes de santé, âgés de 60 ans et plus qui peuvent être assignés à résidence et se présenter 2 fois par semaine au commissariat de leur quartier et verser une caution”.       

  (1)ville de Crète.(2) secrétaire générale de la politique criminelle.     

Κραυγή αγωνίας από τους κρατούμενους των φυλακών Χανίων: «Δώστε μας μια ευκαιρία στη ζωή, θα πάμε σαν τα ποντίκια»

(επιστολή κρατουμένων των φυλακών Χανίων που δημοσιεύτηκε στο Documento  στις 9 Νοεμβρίου 2020

https://www.documentonews.gr/article/kraygh-agwnias-apo-toys-kratoymenoys-twn-fylakwn-xaniwn-dwste-mas-mia-eykairia-sth-zwh-tha-pame-san-ta-pontikia)

Την πλήρη αδιαφορία που εισπράττουν από το υπουργείο Προστασίας του Πολίτη, όσον αφορά την ίδια τους τη ζωή καταγγέλλουν μέσω του documentonews.gr κρατούμενοι από τις φυλακές Χανιών. 

Η αγωνία τους εντάθηκε μετά τον μεγάλο αριθμό κρουσμάτων που σημειώνεται σε φυλακές της χώρας, βλέποντας την πανδημία να έρχεται κατά πάνω τους, χωρίς καμία πρόθεση από την πλευρά του κράτους να τους προστατεύσει, αφού όπως καταγγέλλουν όχι μόνο δεν έχουν παρθεί μέτρα αλλά εδώ και τέσσερις μήνες δεν υπάρχουν καν καθαριστικά (!).

Οι ίδιοι, καταγγέλλουν την υπερπληρότητα στις ελληνικές φυλακές, πράγμα που τις μετατρέπει σε υγειονομικές βόμβες και θέτει σε κίνδυνο το σύνολο του πληθυσμού των κρατουμένων ενώ υποστηρίζουν πως υπάρχουν λύσεις για την προστασία τους από την πανδημία, τις οποίες ωστόσο το υπουργείο και η Γ.Γ. Αντεγκληματικής πολιτικής Σοφία Νικολάου, όχι απλά δεν υλοποιούν αλλά φαίνεται να μην τις σκέφτονται καν.

Πρώτο, βασικό και άμεσα αποτελεσματικό φαίνεται να είναι το μέτρο αποσυμφόρησης των φυλακών. «Υπάρχουν 12.000 κρατούμενοι με χωρητικότητα 7.500 καταλάβετε τη γίνετε σε ένα κελί 4 έως 6 άτομα», αναφέρουν χαρακτηριστικά και συμπληρώνουν «όλες οι χώρες έχουν προβεί σε αποσυμφόρηση των Καταστημάτων Κράτησης». 

Οι κρατούμενοι των φυλακών Χανίων απευθυνόμενοι στην Σ. Νικολάου αναφέρουν ότι «δεν θέλει κόπο θέλει τρόπο και μάλιστα νόμιμο. Κυρία Νικολάου ακούτε… Ας μην είναι μόνο κατασταλτικά τα μέτρα. Δώστε μας μια ευκαιρία στη ζωή γιατί με την πανδημία θα πάμε σαν τα ποντίκια. Ακόμα να προμηθευτούν τα καταστήματα με καθαριστικά. Εδώ και τέσσερις μήνες δεν υπάρχει σταγόνα» καταγγέλλουν και προσθέτουν:

«Μετά από τα κρούσματα που παρουσιάστηκαν στα Καταστήματα Κράτησης θα θέλαμε να κάνουμε κάποιες προτάσεις στο υπουργείο Προστασίας του Πολίτη, στα υπουργεία Υγείας και Εσωτερικών, στον Συνήγορο του Πολίτη και στην Κυβέρνηση: Αποσυμφόρηση των καταστημάτων κράτησης, χθες! Υπάρχουν κρατούμενοι που έχουν εκτίσει την ποινή τους και κρατούνται ακόμα λόγω συμβουλίου και για μια υπογραφή. Το ίδιο συμβαίνει και με κρατούμενους που περιμένουν συμβούλιο αλλά πάντα το πρώτο κόβεται άδικα. Υπάρχουν τελεσίδικα κρατούμενοι που έχουν ελαφρά εγκλήματα έως 8 έτη και θέλουν ακόμα 12 μήνες αλλά και κρατούμενοι με σοβαρά προβλήματα υγείας άνω τον 60 ετών, μπορούν να τεθούν σε κατ΄οίκον περιορισμό, να δίνουν το παρών δύο φορές το μήνα στο Α.Τ. της περιοχής τους, να καταβάλλουν εγγύηση κ.α.».

Covid. Prison de Diavata : Tous entassés,les contaminés et les autres.

(Publié dans alfavita.gr le 11/11/2020,

https://www.alfavita.gr/koinonia/337177_koronoios-fylakes-diabaton-stoibagmenoi-thetikoi-ston-io-me-alloys-kratoymenoys)

C’est le manque de mesures sanitaires préventives que dénoncent les détenus de la prison de Diavata.

Des 150 testés-prisonniers et employés-10% sont positifs (450 à 500 détenus à Diavata). Nous sommes enfermés dans 20 mètres carrés,10 personnes au lieu de 5 conformément à la loi. Sans possibilité de prendre soin de notre hygiène personnelle.Les uns sur les autres, les positifs au virus et les autres.

Sans Javel, sans produits d’entretien et sans antiseptiques pour pouvoir nettoyer nos cellules.La direction de la prison ne nous les procure pas. Manque d’argent, nous répond-on. Pas de crédits du Ministère. On ne nous a donné ni masques ni gants jetables. Nous ne pouvons pas laver notre linge. Pas d’accès à des machines à laver. Nous ne pouvons pas donner notre linge à l’extérieur. Nos parents ne peuvent pas nous porter de linge propre.  Interdiction du Ministère.Tout est bloqué. Nous n’avons de l’eau chaude qu’une heure par jour. Impossible pour 10 personnes de se doucher. Pas de bouilloire non plus dans les cellules.

A Diavata, comme dans les autres prisons de Grèce, la lutte contre la pandémie est centrée sur la prévention de l’entrée du virus et bien moins sur la sécurisation sanitaire.Tout est bouclé.Tout est interdit.

Nous n’avons pas de soins médicaux (cachets,sirops, vitamines, antibiotiques). Nous sommes enfermés pour 15 jours. Pas de chauffage. Nous avons froid. Et par dessus le marché, on nous oblige à laisser les fenêtres ouvertes pour aérer.Cette situation est inadmissible. Pas de survie possible en prison.

Aujourd’hui, dans un véritable show médiatique, la Secrétaire Générale de la politique criminelle du Ministère de la protection du citoyen Sofia Nicolaou a visité la prison. Aucun engagement pour changer quelque chose, pour améliorer notre situation.

Nous exigeons:

– Le désengorgement immédiat des prisons.

– La libération des prisonniers à qui il ne manque que 6 mois ou moins pour avoir purgé leur peine. Même avec de légères fautes disciplinaires.

– La libération conditionnelle des détenus âgés et des groupes vulnérables souffrant de maladies transmissibles.

– La libération immédiate des prévenus pour de petits délits.

– La suspension de la détention aux 2/5 de la peine, en prenant en compte les journées de travail ou au tiers de la réclusion ferme.

-Que les prisonniers condamnés à de lourdes peines et qui ne peuvent pas être libérés soient transférés dans des structures équipées pour la prévention.

– Que le personnel arrive une heure plus tôt et soit soumis à un test rapide, tous les jours avant le service.

-L’interruption de la peine pour ceux qui attendent d’être juges en 2eme instance quand le procès est reporté pour plus de 6 mois.

– La suppression de la détention préventive pour des délits légers et pour les toxicomanes.

– Des antiseptiques, des masques et des gants pour tous les prisonniers.

– Des contrôles minutieux et l’isolement dans les cas de détention préventive obligatoire.

-La désinfection minutieuse de tout ce qui rentre dans la prison.

Si les revendications ci-dessus restent lettre morte et que les conditions de détention ne changent pas,nous passerons à des mobilisations.

*Diavata se trouve au nord de la Grèce,non loin de Thessalonique.

* Au 13 novembre 2020, un total de 108 contaminations dans la prison de Diavata, 100 détenus et 8 membres du personnel, et deux détenus, de plus de 65 ans, décédés.

Le 09/11/2020

             Les prisonniers de Diavata

ΚορονοϊΟς-ΦυλακΕς ΔιαβατΩν: ΣτοιβαγμΕνοι θετικΟΙ στον ιΟ με άλλους κρατοΥμενους

(Επιστολή κρατουμένων των φυλακών Διαβατών που δημοσιεύτηκε στο alfavita.gr, στις 10 Νοεμβρίου 2020, https://www.alfavita.gr/koinonia/337177_koronoios-fylakes-diabaton-stoibagmenoi-thetikoi-ston-io-me-alloys-kratoymenoys)

Με βάση τα τεστ κορονοϊόυ που μας έχουν γίνει, έχουνε βγει το 10% στη φυλακή θετικοί, στον ιό. Δεν έχουνε γίνει τεστ σε όλους μας, παρά μόνο σε 150 κρατούμενους και σε υπαλλήλους φυλακής συνολικά.

Μας έχουν κλειδωμένους μέσα στους θαλάμους 10 άτομα μέσα σε 20 τετραγωνικά μέτρα που αναλογούν κανονικά σε 5 άτομα, χωρίς να μπορούμε να προσέχουμε την προσωπική μας υγιεινή. Μαζί μας βρίσκονται και όσοι έχουν διαγνωστεί θετικοί στον ιό.

Χωρίς να μας παρέχουν χλωρίνη έτσι ώστε να μην μπορούμε να καθαρίσουμε τους θαλάμους μας, απορρυπαντικά και αντισηπτικά. Ενώ θα έπρεπε η διεύθυνση της φυλακής να μας τα παρέχει, η απάντηση του διευθυντή ήταν ότι δεν υπάρχουν χρήματα γιατί δεν διατίθενται κονδύλια από το υπουργείο. Ούτε μάσκες ή γάντια της μιας χρήσης μας έχουν δώσει.

Δεν μπορούμε να πλύνουμε τα ρούχα μας ώστε να είμαστε καθαροί. Δεν έχουμε πρόσβαση σε πλυντήρια. Δεν μπορούμε να δίνουμε τα ρούχα μας έξω και να μας φέρνουν καθαρά οι συγγενείς μας, καθώς το υπουργείο έχει απαγορεύσει λόγω κορονοϊού να μπορούν να από έξω στο επισκεπτήριο να μας φέρνουν πράγματα. Λόγω της πανδημίας δεν μπορούμε να κάνουμε τίποτα. Έχουν κλείσει τα πάντα όλη φυλακή είναι κλειστή. Ζεστό νερό μας δίνουν μία ώρα μόνο την ημέρα και δεν προλαβαίνουν να κάνουν 10 άτομα μπάνιο. Δεν έχουμε στους θαλάμους βραστήρες για να παρέχουμε ζεστό νερό, για να μπορούμε να ανταπεξέλθουμε στις ανάγκες μας.

Στα Διαβατά όπως και στις υπόλοιπες φυλακές στην Ελλάδα ο βασικός άξονας της αντιμετώπισης της πανδημίας εντός των φυλακών δείχνει να εστιάζει στην αποτροπή της εισόδου του ιού, κυρίως μέσω των απαγορεύσεων βασικών λειτουργιών των φυλακών και σαφώς λιγότερο στην υγειονομική θωράκιση.

Δεν έχουμε καμία περίθαλψη από ιατρική φροντίδα (χάπια, σιρόπια, βιταμίνες, αντιβιοτικά ). Μας έχουν κλεισμένους στους θαλάμους για 15 μέρες. Δεν μας ανάβουν τα καλοριφέρ και ο κόσμος κρυώνει και εκτός από αυτό μας αναγκάζουν να έχουμε συνέχεια τα παράθυρα ανοιχτά, για να αερίζεται ο θάλαμος. Αυτή η κατάσταση είναι απαράδεκτη για ανθρώπινη επιβίωση στις φυλακές.

Σήμερα επισκέφτηκε τη φυλακή στα πλαίσια ενός επικοινωνιακού σόου η Γενικη Γραμματέας αντιεγκληματικής πολιτικής του υπουργείου προστασίας του Πολίτη Σοφία Νικολάου, χωρίς επί της ουσίας να δεσμευτεί για κάτι ή με πρόθεση να αλλάξει κάτι προς το καλύτερο για εμάς.

Απαιτούμε:

Άμεση αποσυμφόρηση των φυλακών.

Αποφυλάκιση σε κρατούμενους με υπόλοιπο ως έξι μήνες ακόμα και με ελαφρά πειθαρχικά παραπτώματα

Εις όρων απόλυση σε ηλικιωμένους κρατούμενους και ευπαθείς ομάδες με υποκείμενα νοσήματα.

Άμεση αποφυλάκιση όσο είναι υπόδικοι για μικροαδικήματα.

Μείωση ορίων αναστολής σε 2/5 της ποινής με τα ευεργετικά μεροκάματα για καθείρξεις ή 1/3 πραγματικό χρόνο κράτησης όπως ήταν στις προηγούμενες διατάξεις αποσυμφόρησης και 1/5 της ποινής με τα ευεργετικά μεροκάματα για φυλακίσεις για όλη τη διάρκεια της υγειονομικής κρίσης.

Ασθενείς βαρυποινίτες που δεν είναι δυνατόν να αποφυλακιστούν να μεταφέρονται σε δομές που υποστηρίζονται από μέτρα προφύλαξης.

Προσέλευση προσωπικού μία ώρα νωρίτερα του ωραρίου για να υπόκεινται σε τακτικό έλεγχο rapid test σε κάθε βάρδια.

Διακοπή ποινής σε κρατούμενους που περιμένουν να δικαστούν σε δεύτερο βαθμό και αναβάλλεται η δίκη τους για πάνω από έξι μήνες.

Καμία προφυλάκιση για ελαφρά αδικήματα και τοξικοεξαρτημένους.

Παροχή υγειονομικών υλικών (αντισηπτικά, μάσκες, λαστιχένια γάντια) για όλους τους κρατούμενους

Σχολαστικοί έλεγχοι και μέτρα καραντίνας για κάθε αναγκαστική προφυλάκιση.

Σχολαστική απολύμανση όλων των υλικών που εισέρχονται στις φυλακές.

Αν δεν γίνει κάτι από τα παραπάνω και δεν αλλάξει η κατάσταση των συνθηκών κράτησης μας εμείς οι κρατούμενοι των φυλακών Διαβατών θα προχωρήσουμε σε κινητοποιήσεις.

*Μέχρι τις 13 Νοεμβρίου 2020, στην φυλακή των Διαβατών είχαν βρεθεί συνολικά 108 κρούσματα, 100 κρατούμενοι και 8 υπάλληλοι, ενώ πέθαναν δύο κρατούμενοι άνω των 65 ετών από επιπλοκές της νόσου.

9/11/2020

Κρατούμενοι των φυλακών Διαβατών

De la prison de Korydallos, Dénonciation de Yotopoulos d’un acte mafieux à son encontre.

(Paru dans le site du journal Documento, le 29/10/2020, https://www.documentonews.gr/article/kataggelia-giwtopoyloy-apo-tis-fylakes-gia-mafiozikh-energeia-se-baros-toy-petaxan-sta-skoypidia-thn-aithsh-apofylakishs-toy)

Pendant 15 mois , j’attendais la réponse, la proposition du Procureur au tribunal,ce qui se passe d’habitude dans les deux mois.Le 21 octobre 2020, un avocat mandaté est allé au greffe du tribunal du Pirée pour demander la raison de ce retard.C’est avec perplexité qu’il a constaté-ainsi que les deux secrétaires-qu’il n’y a aucune demande et qu’il n’y en a jamais eu !!! En clair, un inconnu (magistrat?) a jeté la demande à la poubelle. S’il y avait une raison formelle de rejet, ils devaient m’en informer, ce qu’ils n’ont pas fait pendant 15 mois. Je dénonce cet acte mafieux incompatible avec l’Etat de Droit. L’auteur dramatique français Jean Genet avait raison quand il écrivait:”il faut craindre ceux dont la vie est tranquille et paisible. Ils sont sans scrupules.” 

J’ajoute que le 1er juillet 2019, j’avais déposé une autre demande de libération sous surveillance électronique, fondée sur une autre disposition du nouveau Code Pénal car à cette date-là, je n’avais pas effectué 17 ans de détention. Cette demande a été rejetée en septembre 2019, en violation du principe de l’application rétroactive de la loi la plus douce.Pourtant ce principe a une valeur supralégislative, il est basé sur les articles 4 et 7 de la Constitution, il est ratifié par la Loi 2642/1997 de la Convention Internationale des droits individuels et politiques, par la Convention Européenne des Droits de l’Homme 53/1974 et par la Charte des Droits Fondamentaux de l’U.E que le juge national se doit de respecter. Et s’il ne les respecte pas, c’est qu’il adopte le principe contraire,celui de l’application de la loi la plus dure. Donc, cette Justice n’est pas européenne.

Les récentes décisions des Tribunaux, après le 1-7-2019, montrent qu’une partie importante des juges n’appliquent pas ce principe, même si, en paroles, ils l’acceptent hypocritement, n’osant pas le contester ouvertement, pour des raisons purement idéologiques. On va me répondre qu’il a été appliqué dans le récent grand procès. Mais il a été appliqué à titre d’exception et non en tant que règle, pour des raisons évidentes.Comme ils l’appliquent pour leurs proches pour adoucir les peines. Pour la grande masse des accusés de droit commun,il n’est pas appliqué. Apres le 1er/7/2019, dans de nombreux procès en 2eme instance, les décisions sont provocantes car elles sont identiques à celles de la 1ere instance, fondées sur l’ancien Code Pénal.Une absurdité, puisque les peines prévues par le Code Pénal ultérieur-le nouveau 4619/2019-sont moindres. Ces violations qui concernent des inconnus passent inaperçues et sont noyées dans le silence. Mais dans mon cas,ce n’était pas dissimula le, celà ne serait pas passé inaperçu. Avec un de leurs textes chicaniers, ils risquaient d’être démasqués et que leurs véritables positions négatives soient découvertes, devenant objet de risée. Ils ont préféré le silence,et l’acte mafieux de jeter ma demande à la poubelle.

Prison de Korydallos

Dimanche 25 Οctobre 2020

Alexandre Yotopoulos

ΚΑΤΑΓΓΕΛΙΑ: ΕΞΑΦΑΝΙΣΑΝ ΤΗΝ ΑΙΤΗΣΗ ΑΠΟΦΥΛΑΚΙΣΗΣ

(Καταγγελία του Αλέξανδρου Γιωτόπουλου που δημοσιεύτηκε στο Documentoστις 29 Οκτωβρίου 2020,  https://www.documentonews.gr/article/kataggelia-giwtopoyloy-apo-tis-fylakes-gia-mafiozikh-energeia-se-baros-toy-petaxan-sta-skoypidia-thn-aithsh-apofylakishs-toy)

Στις 17 Ιουλίου του 2019 κατέθεσα αίτηση αποφυλάκισης με αριθμό Πρωτοκόλλου 33476/17-7-2019. Την ημέρα αυτή συμπλήρωσα 17 έτη πραγματικής έκτισης ποινής. Σύμφωνα με το άρθρο 110Α παρ.2 του νέου Π.Κ. 4619/2019 που τέθηκε σε ισχύ την 1-7-2019, σε συνδυασμό με το άρθρο 2 του Π.Κ. που αναφέρεται στην αρχή της αναδρομικής εφαρμογής του ηπιότερου νόμου, δικαιούμαι την αποφυλάκιση. Η παρ. 2 του 110Α λέει στο τελευταίο εδάφιο: «Σε κάθε περίπτωση μπορεί να αποφυλακιστεί ( ο καταδικασθείς) αν έχει εκτίσει δεκαεπτά έτη, ακόμη κι αν το παραπάνω άθροισμα υπερβαίνει το όριο αυτό».

Επί δεκαπέντε μήνες περίμενα την απάντηση, την πρόταση του κ. Εισαγγελέα προς το Συμβούλιο, που συνήθως γίνεται εντός διμήνου. Στις 21 Οκτωβρίου του 2020 δικηγόρος εξουσιοδοτημένος πήγε στην Γραμματεία των Δικαστηρίων του Πειραιά να ρωτήσει γιατί καθυστερούν. Με μεγάλη έκπληξη και απορία, όπως και των δύο Γραμματέων διαπίστωσε ότι δεν υπάρχει καμιά αίτηση και ούτε υπήρξε ποτέ!!! Δηλαδή κάποιος άγνωστος (δικαστικός λειτουργός;) πέταξε την αίτησή μου στον κάλαθο των αχρήστων. Γιατί αν υπήρχε κάποιος τυπικός λόγος άρνησης, όφειλαν να με πληροφορήσουν, πράγμα που δεν έκαναν επί 15 μήνες. Καταγγέλλω αυτή την μαφιόζικη ενέργεια που δεν συνάδει με το Κράτος Δικαίου. Φαίνεται ότι είχε δίκιο ο Γάλλος θεατρικός συγγραφέας  Ζαν Ζενέ που έγραφε: «Να φοβάσαι όσους ζουν την ζωή τους ήσυχα και ειρηνικά. Είναι αδίστακτοι».

Να προσθέσω ότι την 1η Ιουλίου 2019, είχα καταθέσει κι άλλη αίτηση αποφυλάκισης με ηλεκτρονική επιτήρηση, βασισμένη σε άλλη διάταξη του νέου Π.Κ., γιατί τότε δεν είχα συμπληρώσει τα 17 έτη κάθειρξης. Σ’ αυτήν την αίτηση απάντησαν τον Σεπτέμβριο του 2019 αρνητικά, παραβιάζοντας την αρχή της αναδρομικής εφαρμογής του ηπιότερου νόμου. Αυτή όμως η αρχή έχει υπερνομοθετική ισχύ και εδράζεται στα άρθρα 4 και 7 του Συντάγματος, στο κυρωθέν με το Ν. 2462/1997 Διεθνές Σύμφωνο για τα Ατομικά και Πολιτικά Δικαιώματα, στην κυρωθείσα 53/1974 Ευρωπαϊκή Σύμβαση Δικαιωμάτων Ανθρώπου και στον Χάρτη Θεμελιωδών Δικαιωμάτων της Ευρωπαϊκής Ένωσης, τα οποία ο εθνικός δικαστής οφείλει να σέβεται. Κι αν δεν τα σέβεται σημαίνει ότι στην πράξη υιοθετεί την αντίθετη αρχή, αυτήν της εφαρμογής του δυσμενέστερου νόμου και άρα αυτή η Δικαιοσύνη δεν είναι Ευρωπαϊκή. 

Οι πρόσφατες αποφάσεις των Δικαστηρίων μετά την 1-7-2019 δείχνουν ότι ένα σημαντικό τμήμα των Δικαστών δεν εφαρμόζει αυτή την αρχή, παρότι στα λόγια την αποδέχονται υποκριτικά μην τολμώντας να την αμφισβητήσουν ανοιχτά, για λόγους καθαρά ιδεολογικούς.

Θα μου απαντήσουν ότι εφαρμόστηκε στην πρόσφατη μεγάλη Δίκη. Εφαρμόστηκε όμως ως εξαίρεση και όχι ως κανόνας για λόγους ευνόητους. Όπως εφαρμόζεται επιλεκτικά και σε άλλους ημέτερους για να πέσουν στα μαλακά. Στην μεγάλη μάζα όμως των ποινικών δεν εφαρμόζεται. Μετά την 1-7-2019, σε πολλά δευτεροβάθμια Δικαστήρια οι αποφάσεις είναι προκλητικές αφού είναι ίδιες με αυτές του πρωτοβάθμιου που είχε κρίνει με βάση τον παλιό Π.Κ. Πράγμα άτοπο, αφού οι ποινές που προβλέπει ο μεταγενέστερος Π.Κ., ο νέος 4619/2019, είναι μικρότερες.

Αυτές οι παραβιάσεις που αφορούν ανώνυμους, περνούν απαρατήρητες και πνίγονται μέσα στη σιωπή. Στην περίπτωσή μου όμως, το πράγμα δεν θα κρυβόταν, θα έπαιρνε δημοσιότητα. Με ένα από τα γραπτά στρεψόδικα κείμενά τους, κινδύνευαν να ξεσκεπαστούν, να αποκαλυφθούν οι πραγματικές αρνητικές απόψεις τους για την αρχή και να γίνουν περίγελος. Προτίμησαν την σιωπή, το μαφιόζικο ρίξιμο της αίτησης στον κάλαθο των αχρήστων.

Φυλακές Κορυδαλλού

Κυριακή 25 Οκτωβρίου 2020

Αλέκος Γιωτόπουλος

Comment le réseau parajudiciaire métaxiste* a réussi à bloquer l’européanisation de la Justice.

(Lettre de Alexandre Yotopoulos publiée dans le journal Documento, 13 Juillet 2020  https://www.documentonews.gr/article/epistolh-giwtopoyloy-sto-documento-pws-to-metaxiko-paradikastiko-kyklwma-apetrepse-ton-exeyrwpaismo-ths-ellhnikhs-dikaiosynhs)


* Ioannis Metaxas. Régime du 4 août . Dictateur dans les faits : août 1936 >> sa mort en 1941

En août 2019, une enseignante en criminologie et politique pénitentiaire de la Faculté de Droit  a publié un article dans lequel elle faisait  une comparaison entre les systèmes de peines dans les paysde l’ U.E. et la Grèce.Dans notre pays, ceux qui purgent des peines de 5 ans maximum constituent 8,3 % de la totalité  alors que la moyenne est de 68,5 % pour ces mêmes peines dans les pays du Conseil de l’Europe. Au contraire, en Grèce, ceux qui purgent une peine supérieure à 5 ans forment 77,3 % de l’ensemble, alors que la moyenne dans les pays du Conseil de l ”Europe est  de 33,4 % . Enfin, les condamnés à perpétuité sont 13,1 % de l’ensemble en Grèce contre 1,7 % de moyenne en Europe. Il faut noter que le pourcentage des perpétuités est supérieur  à celui des peines inférieures à 5 ans. Nous avons donc deux systèmes complètement opposés.

Certains prétendent que dans notre pays les peines lourdes ne le sont que de nom et cela s’explique par l’existence de nombreuses mesures d’indulgence qui, de fait, les annulent. C’est inexact et les exemples suivants le prouvent.

Premier              En  2002, le voleur hollandais O.D. a dérobé , dans le musée d’Amsterdam, deux tableaux de Van Gogh, d’une valeur de quelques millions de dollars . Il a été arrêté en  2004, sans qu’on retrouve les tableaux qu’il avait vendus. Les tableaux ont été retrouvés par hasard en 2016 chez un trafiquant de drogue en Italie. O.D. a été jugé en Hollande et il a purgé sa peine. Combien a-t-il fait de prison ferme ? 25 mois, pas 25 ans , 25 mois !
Si ce vol avait eu lieu en Grèce, O.D. aurait été condamné à au moins 21 ou 25 ans d’emprisonnement. Et il aurait purgé un tiers de sa peine, c’est à dire 7 ans dans le premier cas et 8 ans et 4 mois dans le deuxième, donc une peine plus lourde de 250 à 300 %.

Deuxième       En 2015, j’ai rencontré le détenu Th.P qui avait été arrêté en Belgique en possession de 240 kilos de cocaÏne . La peine qu’il devait purger en Belgique était de 4 ans. S’il avait été arrêté ici,il aurait été condamné à la réclusion à perpétuité et il aurait dû purger 16 ans de prison ferme, 300 % de plus, une peine quadruplée.

Trois          Il y a 5 ans, 50 consommateurs de cannabis ont été déférés à la Justice, (initialement, les poursuites concernaient 500 personnes ) et ils ont été condamnés pour possession en commun de 10 kilos de cannabis. 9 ont été condamnés à perpète et les autres à de plus petites peines. Ils ont déjà fait 5 ans ferme et le procès en appel a été ajourné 9 fois jusqu’à ce jour. Il y a parmi eux un homme âgé, S.Ch,avec 84 % d’invalidité. Ils n’auraient été condamnés dans aucun pays européen. Le petit Urrugay tiers-mondiste est lui-même plus progressiste, plus européen que la Grèce géographiquement européenne. Le cannabis y est légalisé depuis des années.

Quatre     Il y a en prison des centaines de jeunes parmi lesquels des consommateurs, Grecs et étrangers, condamnés à 8 ans parce qu’ils avaient en leur possession quelques grammes de cannabis et la somme astronomique de 20 €. Ils purgent une peine ferme de 2 ans et 4 mois, supérieure à celle du voleur hollandais ! Etant donné que, selon les spécialistes, les consommateurs de cannabis dans notre pays dépassent les 2 millions, ne faudrait-il pas les arrêter et les incarcérer ?

Quant aux mesures d’indulgence, il est bien connu qu’elles ne sont appliquées qu’à nos criminels en col blanc et pas aux simples droit commun. C’est ainsi qu’a été libéré l’ex-maire bien connu avec la loi Paraskévopoulos, alors que les juges ont refusé de libérer des dizaines d’autres prisonniers malades qui remplissaient les conditions exigées par la loi. On est condamné pour quelques grammes de cannabis, mais quand il s’agit des 2 tonnes et demie d’héroïne sur le bateau Noor 1, l’homme d’affaires bien connu a été condamné à 14 ans avec sursis, et il est en détention provisoire dans la prison-villégiature pour VIP à Avlona. On emprisonne aujourd’hui le voleur X.Z. et sa femme enceinte qui a accouché en prison – ils ont 4 autres enfants – parce qu’il a volé7 €, oui 7 €, et 5 croissants! Mais les hommes d’affaire d’Energa qui ont détourné 200 millions d’euros sont libérés avec les mesures d’indulgence. Des peines démesurées pour la masse des détenus, clémence et impunité jusqu’à immunité pour nos criminels en col blanc.

Il y a en prison une foule de détenus, les voleurs petits et moyens . Bien qu’ils soient condamné à des peines relativement faibles, 6 ou 8 ans, , ils croupissent en prison parce qu’ils récidivent et sont, à chaque récidive, chargés de nombreuses condamnations . A la quarantaine, ils ont passé une vingtaine d’années en prison , ils en sortent et ils y entrent à nouveau . Et quand ils sont libérés, ils récidivent à nouveau puisqu’il est exclu qu’ils trouvent un emploi dans les conditions actuelles. Ils reviennent en prison et y passent la majeure partie de leur vie. La prison est pour eux le Céadas[1] moderne.

Il y a à peu près 15 ans, quelques juges avaient été poursuivis et condamnés comme membres d’un réseau parajudiciaire . Mais ils n’étaient que les sacrifiés à un réseau demeuré intact. Il est principalement composé de juges occupant les places les plus élevées dans la hiérarchie de la cour d’Appel, la cour de Cassation et le Conseil d’État,  ceux qui détiennent les postes clés . Bien qu’ils ne soient qu’une minorité, la majorité des juges étant honnêtes et démocrates, ils contrôlent la justice de façon absolue et la dirigent, usant de menaces et de chantages.

C’est l’IDEA[2] de la Justice : Ils sont liés par leur parti pris idéologique. Ils sont super nationalistes, super conservateurs, en faveur d’anciennes pratiques en vigueur il y a 70 ans, opposés à toute modernisation de la Justice, sauf quand elles sont favorables aux criminels en col blanc. Ils ne sont pas disciples de la Junte mais de Metaxas. Ils croient de façon inébranlable à la théorie spartiate du Céadas[3], si les criminels sont anéantis par des peines très lourdes, précipités pour des décennies dans le Céadas moderne – la prison actuelle – la criminalité disparaîtra et les “vertueux” construiront la Troisième Civilisation Hellénique.

Cependant, le “système Céadas” a été appliqué dans le pays ces dernières décennies et a lamentablement échoué. Il a conduit à l’explosion de la criminalité, à un bond du taux de récidive, le plus élevé en Europe, à la surpopulation et aux conditions infernales dans les prisons pour lesquelles la Grèce est continuellement sanctionnée par des amendes . Au contraire, le système européen de peines modérées a conduit à la diminution constante du taux des récidives, à la diminution des crimes, et enfin à la fermeture de prisons en Hollande et en Allemagne. Ce qui constitue un grand succès . Bien-sûr, ce résultat est dû au concept du système pénitentiaire existant en Europe, contraire au système grec dont aucun responsable ne s’occupe sérieusement aujourd’hui.

Non seulement, la Troisième Civilisation Hellénique n’a pas été édifiée, mais on nous a entraînés à la plus grande catastrophe d’après-guerre, à la banqueroute, à la perte de l’indépendance économique pour un demi-siècle environ. Nous sommes la risée des nations. L’impunité constante des responsables de la série de scandales qui ont ébranlé le pays ces dernières décennies fait que la direction politique est convaincue d’être au-dessus des lois, qu’elle demeurera impunie aussi graves que soient ses abus. S’il y avait un État de Droit, si les coupables avaient été punis de façon exemplaire, ne serait-ce que pour un scandale, celui de Vatopédi[4] par exemple, la Grèce n’aurait pas fait faillite .C’est de ce cercle vicieux qu’ a  essayé de nous sortir le nouveau Code pénal 4619 / 2019 qui prévoit des peines plus modérées qui se rapprochent des peines en Europe. La réponse du réseau parajudiciaire métaxiste a été immédiate . Enterrer le nouveau Code, en appliquant avec le gouvernement Nouvelle Démocratie un plan fallacieux en 4 mouvements.

Le premier mouvement a été la suppression sommaire de la plus importante réforme modernisatrice dans le domaine de la justice pénale des dernières décennies , celle de l’exécution de la peine sous surveillance électronique. Elle est non seulement appliquée , au moins ces deux dernières décennies , dans les pays  européens mais elle a un tel succès que dans certains pays, le nombre des prisonniers qui exécutent leur peine avec le bracelet électronique est un nombre à 5 chiffres alors qu’en Grèce il n’atteint même pas les 2 chiffres. On peut se demander comment un gouvernement et un parti, qui se présentent avec ostentation comme libéraux , modernisateurs, réformateurs, suppriment cette réforme réussie. Cela en dit long sur leurs principes, leur morale, leur nature puisqu’ils violent leurs propres principes pour des raisons d’opportunisme à bon marché.
Ils en sont même arrivés à supprimer le bracelet électronique à deux prisonniers, étudiants dans l’enseignement supérieur   avec des sanctions disciplinaires déloyales. Cela, quand toutes les institutions européennes considèrent les études comme le moyen le meilleur et le plus sûr de réintégration dans la société et demandent à l’administration de les encourager. Avec cette suppression, ils abrogent l’art. 110 A du Code 4619/2019 qui prévoyait de mettre sous surveillance électronique ceux qui avaient purgé1/5 de leur peine de détention, 2/5 de réclusion et 14 ans pour les perpétuités.

Le deuxième mouvement  était l’interprétation subreptice, manifestement anticonstitutionnelle  de l’article 465 du nouveau Code Pénal par les juges du réseau . Même les étudiants en première année de droit savent que la disposition supralégislative de l’art.2 du C.P. établit le principe de l’application rétroactive de la loi la plus favorable. L’interprétation des juges abolit ce principe en privant ceux qui ont été condamnés avec le C.P. précédent de l’application de la nouvelle loi, plus favorable. Devant cette violation flagrante, c’est curieusement la conspiration du silence du côté du Barreau, une sorte de connivence. cela donne à penser que quelques avocats de renom ont joué un certain rôle, étant opposés aux diminutions des peines puisque ce sont les lourdes peines qui leur assurent des rétributions à 5 ou 6 chiffres. Le seul à avoir pris, dès le début, une position claire, et c’est tout à son honneur, est, le vice-bâtonnier du Barreau d’Athènes, Th. Sofos. Dans un article de juillet 2019, il a donné l’interprétation juste de l’article 465, à l’opposé de la déloyauté des juges. Interprétation confirmée par la suite par le Tribunal Correctionnel d’Athènes avec la décision 2371/ 2019 du 17/10/2019 qui jugeait anticonstitutionnelle la disposition de l’article 465 du nouveau Code Pénal 4619/2019.

Le troisième mouvement était une mystification grossière , sans précédent, des prisonniers. Le 19 août 2019 , une annonce affichée dans toutes les prisons invitait les prisonniers qui purgent une peine de  réclusion supérieure à 15 ans et de détention supérieure à 8 ans à déposer une demande de réduction de leur peine conformément au nouveau CP 4619/2019. Cela, après décision et mandat des directions des deux ministères, pas du Directeur car c’était dans toutes les prisons. Des centaines, ou des milliers de prisonniers, étaient concernés. Ils ont presque tous déposé leur demande et ils attendaient, pleins d’anxiété, la réduction de leur peine. Ils attendent encore . Personne n’a eu de réduction de peine. Et, pire, leurs procès en Appel ont été programmés de sorte qu’ils se déroulent sans l’application du nouveau C.P. 4619/2019.

Et nous arrivons au quatrième mouvement. Quand le nouveau  Code est entré en vigueur, un grand nombre de prisonniers  , condamnés en première instance à des peines supérieures à 10 ans, avaient déjà effectué ,réellement, une grande partie du tiers décisif qui, conformément à l’ancien C.P., permettait la libération ( tiers complété par les journées de travail en prison ) . Avec une petite réduction à laquelle ils avaient droit selon le principe de l’application rétroactive de la loi la plus favorable, ils auraient eu purgé un tiers de leur peine et auraient été libérés. Rien n’a été fait . Au contraire, le temps d’emprisonnement a été prolongé en retardant avec des reports la date du Jugement en Appel d’environ un an. Si bien qu’à ce moment-là , ils auront purgé le tiers de leur peine. Par conséquent; la Cour d’Appel les jugera forcément avec l’ancien C.P. car avec le nouveau, ils devraient déjà avoir été libérés.Ils ont été mis devant un fait accompli. Cette manipulation a exclu pour les juges la possibilité de les juger avec le C.P. le plus favorable.

Pour finir, revenons à la prof. d’Université que j’ai citée au début . Vers la fin de son article, elle écrit, se référant au nouveau C.P. 4619/2019: ” la critique qui lui a été faite est dans une large mesure injuste. On l’a accusé d’être cause d’impunité, d’indulgence excessive ou encore d’être inadapté en pratique. Ses faiblesses sont en réalité liées à ce que le législateur n’est probablement pas allé assez loin, afin que les inévitables changements futurs ne le conduisent à un retour en arrière.”

Malheureusement pour le pays, pour la société, pour la Justice, madame la Professeure avait absolument raison. C’est exactement ce qui s’est passé.



                                                                               Prison de Korydallos

Juin 2020

                                                                                                                                                           Alékos Yotopoulos


[1] fosse à Sparte où étaient précipités les condamnés à l’époque de la Grèce Antique.

[2] organisation clandestine anticommuniste d’officiers dans l’armée.

[3] voir la note 3

[4] monastère du Mont Athos.