De la prison de Korydallos, Dénonciation de Yotopoulos d’un acte mafieux à son encontre.

(Paru dans le site du journal Documento, le 29/10/2020, https://www.documentonews.gr/article/kataggelia-giwtopoyloy-apo-tis-fylakes-gia-mafiozikh-energeia-se-baros-toy-petaxan-sta-skoypidia-thn-aithsh-apofylakishs-toy)

Pendant 15 mois , j’attendais la réponse, la proposition du Procureur au tribunal,ce qui se passe d’habitude dans les deux mois.Le 21 octobre 2020, un avocat mandaté est allé au greffe du tribunal du Pirée pour demander la raison de ce retard.C’est avec perplexité qu’il a constaté-ainsi que les deux secrétaires-qu’il n’y a aucune demande et qu’il n’y en a jamais eu !!! En clair, un inconnu (magistrat?) a jeté la demande à la poubelle. S’il y avait une raison formelle de rejet, ils devaient m’en informer, ce qu’ils n’ont pas fait pendant 15 mois. Je dénonce cet acte mafieux incompatible avec l’Etat de Droit. L’auteur dramatique français Jean Genet avait raison quand il écrivait:”il faut craindre ceux dont la vie est tranquille et paisible. Ils sont sans scrupules.” 

J’ajoute que le 1er juillet 2019, j’avais déposé une autre demande de libération sous surveillance électronique, fondée sur une autre disposition du nouveau Code Pénal car à cette date-là, je n’avais pas effectué 17 ans de détention. Cette demande a été rejetée en septembre 2019, en violation du principe de l’application rétroactive de la loi la plus douce.Pourtant ce principe a une valeur supralégislative, il est basé sur les articles 4 et 7 de la Constitution, il est ratifié par la Loi 2642/1997 de la Convention Internationale des droits individuels et politiques, par la Convention Européenne des Droits de l’Homme 53/1974 et par la Charte des Droits Fondamentaux de l’U.E que le juge national se doit de respecter. Et s’il ne les respecte pas, c’est qu’il adopte le principe contraire,celui de l’application de la loi la plus dure. Donc, cette Justice n’est pas européenne.

Les récentes décisions des Tribunaux, après le 1-7-2019, montrent qu’une partie importante des juges n’appliquent pas ce principe, même si, en paroles, ils l’acceptent hypocritement, n’osant pas le contester ouvertement, pour des raisons purement idéologiques. On va me répondre qu’il a été appliqué dans le récent grand procès. Mais il a été appliqué à titre d’exception et non en tant que règle, pour des raisons évidentes.Comme ils l’appliquent pour leurs proches pour adoucir les peines. Pour la grande masse des accusés de droit commun,il n’est pas appliqué. Apres le 1er/7/2019, dans de nombreux procès en 2eme instance, les décisions sont provocantes car elles sont identiques à celles de la 1ere instance, fondées sur l’ancien Code Pénal.Une absurdité, puisque les peines prévues par le Code Pénal ultérieur-le nouveau 4619/2019-sont moindres. Ces violations qui concernent des inconnus passent inaperçues et sont noyées dans le silence. Mais dans mon cas,ce n’était pas dissimula le, celà ne serait pas passé inaperçu. Avec un de leurs textes chicaniers, ils risquaient d’être démasqués et que leurs véritables positions négatives soient découvertes, devenant objet de risée. Ils ont préféré le silence,et l’acte mafieux de jeter ma demande à la poubelle.

Prison de Korydallos

Dimanche 25 Οctobre 2020

Alexandre Yotopoulos

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s